Six feet under

Lentement mais sûrement, la JDA creuse sa tombe

Six pieds sous terre, c’est actuellement là où se trouve la JDA. On aurait pu choisir aussi comme titre « Destination proB » mais on ose encore s’imaginer que ce brave Dettmann peut faire quelque chose pour nous sortir de là. Mais Dieu qu’il faut être diablement croyant pour espérer encore une issue positive à cette saison après deux prestations calamiteuses face à nos deux concurrents directs pour le maintien, Le Havre et Rouen.

Parce qu’après la défaite de ce soir face à des Rouennais transfigurés (78-91), disons le tout net car c’est officiel, la JDA est lanterne rouge de proA. A égalité de points avec Chalon, Dijon enfonce le basket bourguignon dans le marasme. Mais à la différence de Chalon qui a pris sa pelle en main pour reconstruire, la JDA s’en sert elle pour creuser sa propre tombe. Décidément, on fait beaucoup de choses à l’envers dans ce club.

Henrik Dettmann n’est pas un magicien et la défaite face à Rouen n’est pas surprenante en soi, du fait des courbes de performances croisées de Dijon et Rouen, mais c’est surtout la manière qui inquiète. Très honnêtement, on ne voit pas ce qui pourrait aujourd’hui sauver Dijon de la descente. Face à des adversaires directs qui se renforcent à coup de Ansu Sesay, de Taj Gray ou de Shawnta Rogers, nous n’avons que du D’Almeida, Adjiwanou ou Bogavac à opposer.

Au poker, quand on a des mauvaises cartes, on peut encore bluffer pour s’en sortir. Au basket, le bluff n’existe pas, on joue carte sur table, sans rien pouvoir dissimuler. Alors quand on a des mauvaises cartes sur le terrain, il n’y a plus qu’à espérer que le fond de jeu suive… mais c’est loin d’être le cas.

Match après match, nous n’avons que la confirmation que Bradley est un bon soliste, Marshall un génial feu de paille, Bradford un superbe gladiateur de proB, Krupalija un vrai guerrier usé, et Fazekas un pivot blessé plein de défauts mais un pivot qui manque aujourd’hui terriblement à la JDA.

Tout cela est bien beau, mais tout cela ne fait pas une équipe. Ou alors si, une équipe digne de descendre en proB. Vraiment malheureux quand on connait son potentiel initial.

Désomais, le trou que ce club a creusé est profond et il paraît bien difficile de pouvoir remonter à la surface. Alors à moins que Dettmann ne parvienne à nous dégotter de vraies grosses pointures comme pigistes et à réinstaurer un semblant d’envie collective, il n’y a plus guère de motifs pour y croire encore. Les risques d’ensevelissement se font de plus en plus menaçants…

About The Author

Related posts

2 commentaires

  1. Avatar
    Massive dEUS

    Mmmmmhhh… oui effectivement.
    C’était pas du tout voulu en tout cas.

    Cet événement est malheureux et nous avons tous évidemment de la peine pour Jonathan et sa famille. Je conçois que vous ayez pu être gêné par cette association malheureuse, mais ne soyons pas plus puritain que de raison.
    Existe-t’il officiellement un délai de prescription au bout duquel on peut commencer à réutiliser les mots afférents au vocabulaire de la mort sans être soupçonné de mauvais goût ?

    Je vous laisse seul juge mais mon intention n’était en aucun cas de faire un amalgame ambigu avec l’événement tragique de novembre comme vous pouvez vous en douter. Pour être honnête, je n’y ai même pas prêté attention le moins du monde. Alors soit je manque de puritanisme (ce qui ne me chagrine absolument pas), soit je manque de finesse (ce qui me désole davantage). Chacun jugera et j’imagine qu’il y aura du monde dans les deux camps…

    Cordialement,
    MD 😉

Les commentaires sont clos.