Messieurs les censeurs, bonsoir ! *

La censure est en marche
La censure est en marche

Comme promis lors de nos précédents épisodes, le feuilleton tragi-comique se poursuit à la JDA. On vous parlerait bien de la défaite très honorable de la JDA contre Le Mans (une défaite de plus quand même, 81-84 après prolongations), de la première plutôt satisfaisante de Julien Mahé comme intérimaire, du réveil aussi prévisible qu’incompréhensible de Sean Marshall, mais encore une fois, on préfèrera mettre en avant les événements périphériques aux dernières prestations des joueurs dijonnais.

De toute façon, quoi dire de plus sur le champ sportif ? Qu’il s’agit de la onzième défaite de la saison, que la JDA est désormais en zone rouge à égalité avec Rouen, qu’on attend toujours que le nouveau coach arrive, qu’on en est à notre énième défaite honorable, qu’on ne sait toujours pas ce qu’il en est réellement de l’avenir de Fazekas, et cætera, et cætera…
Bref, rien de neuf sous la grisaille côte d’orienne…

Alors on vous parlera plus volontiers de ce qui commence à être une vilaine habitude du côté du club dijonnais, à savoir une propension très désagréable à vouloir bâillonner les gens pour les empêcher d’exprimer leur désarroi, ou au moins leur sentiment.

Il y a deux semaines, un spectateur s’était fait confisqué sa banderole par un énergumène dont la JDA reste une des dernières raisons d’exister et menacé de poursuites totalement infondées. Hier soir, c’en est un autre qui a connu peu ou prou pareille mésaventure.

Sécuriser oui, bâillonner non !

Mieux vaut ne pas l'ouvrir au Palais
Mieux vaut ne pas l'ouvrir au Palais

Au risque de rappeler quelques banalités évidentes, la JDA organise un spectacle sportif, et à ce titre, elle se doit d’assurer la sécurité des acteurs et des spectateurs. Soit. En revanche, elle n’a aucun droit ni devoir d’interdire la libre expression des gens.

Pour rappel, et ce sera la minute juridique de l’article, voici ce que dit le Code du Sport (qui fait foi en matière d’organisation de manifestations sportives) : « Il [l’organisateur] doit s’assurer que toutes les dispositions sont prises pour prévenir les désordres susceptibles de mettre en péril les spectateurs et les participants. »

Alors à moins de réussir à prouver par A+B qu’une simple banderole déployée (destinée à présenter une idée) présente un risque majeur de déclencher une émeute, une bagarre générale, un mouvement de panique ou de foule, les dirigeants dijonnais n’ont aucunement le droit de donner l’ordre au service de sécurité de faire enlever une banderole ou d’expulser des gens qui ont payé leur place et qui n’ont en rien menacé la sécurité de l’événement.
Ca, ça ne s’appelle plus sécuriser un événement mais interdire la liberté d’expression.

Par ce genre d’attitudes, nos dirigeants sont tranquillement mais sûrement en train de faire effet boule de neige contre eux, mais eux seuls semblent ne pas encore s’en apercevoir.

MESSIEURS LES CENSEURS, BONSOIR ! *

* Formule utilisée par Maurice Clavel le 13 décembre 1971, au cours de l’émission télévisée « À armes égales », où il découvre qu’un passage de son reportage a été coupé au montage. Outré par ce qu’il considère comme de la censure, il quitte le plateau avec fracas et, s’adressant aux producteurs, leur lance un « Messieurs les censeurs, bonsoir ! » qui fera date et la « Une » du Nouvel Observateur du 28 décembre 1971.

About The Author

Related posts

4 commentaires

  1. Avatar
    Smallange

    En même temps soit on est supporter soit on ne l’est pas, si vous n’aimez plus cette équipe, les dirigeants et autres, vous ne venez plus au Palais! Plutôt que d’afficher des banderoles honteuses pour des « supporters » digne de ce nom!

  2. Avatar
    martin

    changement d’entraineur et même résultat (défaite) les ricains sont toujours là (eux) et vu leurs stats (c’est pas beau du tout) virez moi cette bande de mercenaires et en même temps (le président) car la pro B se rapproche à grand pas. il faut faire le ménage de fond en comble.

  3. Avatar
    martin

    je viens de lire les commentaires de certains supporters dijonnais sur un journaliste de france bleu (Mr LORIOT) il faudrais bien vous dire que cette personne est un inconditionnel de la jda et que au fond de lui il est très déçu des résultats. il connait très bien le basket et ses commentaires sont très rarement dénué de bon sens.Alors continuez à soutenir un président incompétent et la pro B est pour la fin de la saison (dommage pour les derby chalonnais)

  4. Avatar
    martin

    encore une défaite pour la JDA, mais là je n’ai pas entendu des commentaires de satisfaction sur cette défaite (comme contre le mans). il faudra bien vous résigner (supporters de la jda) la pro B arrive a grands pas.
    Les seuls joueurs qui ont fait leur devoir (monclar, mdaye et tanghe) les ricains gardent les mains dans les poches. Demandez à Mr RENAUT de garder l’argent du match de gala (20 ans de Pro A) pour les déplacements de l’année prochaine.

Les commentaires sont clos.