Rencontre avec les Burgond Furies.

burgond_furies
Burgond Furies #6

Aujourd’hui, un article un peu particulier sur JDAoff puisqu’il sera consacré au groupe de supporters des ‘Burgond Furies’. Dernier né, ce groupe a vu le jour à l’orée de la saison en Pro B. Petit à petit sont venus se joindre à eux d’autres passionnés pour former une véritable noyaux de supporters fidèles.

Les ‘Burgond Furies’ défendent une certaine idée du supporter. Vous les avez sûrement déjà remarqués au Palais des Sports, tribune ouest. Petit de taille, ils ne se laissent cependant pas décourager et se font entendre par le reste des supporters.

Ils se bougent pour notre équipe et donnent de la voix. Aujourd’hui, à nous de la leur laisser !

 

Pour ce faire, nous avons réalisés un entretien avec 3 d’entre eux :

Alix, 23 ans, étudiante et Vice Présidente des BF.

Il miras, 35 ans, agitateur de chope de bière sur fond violet.

Christophe, Président des BF.

 

Votre groupe de supporters existe depuis 2010, au sortir de la saison de la descente en Pro B n’est-ce pas? D’où est venu ce désir de créer un nouveau groupe de supporters? Dans quelles conditions cela s’est-il réalisé?

Christophe : « J’étais membre du kop sud depuis de nombreuses années et à un certain moment, président, mais étant en désaccord avec les nouveaux membres directoires du KS et leur politique, j’ai décidé de quitter le groupe pour devenir simple spectateur en tribune nord. Au cours de la saison de la relégation, certains membres, ne se reconnaissant plus au sein de ce groupe, ont décidé de me rejoindre. Il s’est formé ainsi un petit noyau dur et à la vue du peu d’ambiance dans le palais, nous avons décidés d’un commun à accord avec la JDA, de créer un nouveau groupe de supporters pour la saison suivante. »

Il Miras : « C’est ça. Suite à la descente en proB. L’ambiance avait disparue dans le palais. Certains jeunes motivés et actifs souhaitaient refonder un groupe car ils ne trouvaient plus leur place au kop sud.D’autres plus anciens comme moi ont adhéré au projet. Chacun a amené ses idées (nom, logo) et on s’est mis d’accord sur l’état d’esprit qu’on voulait apporter au groupe. »

Alix : « Nous sommes tous partis du kop sud au fil des années. C’est comme ça que nous nous sommes finalement tous retrouvés à la fin de la saison 2009/2010 sur le promenoir. L’idée de faire un groupe tous ensemble a germé rapidement, et on s’est lancé dans l’aventure avec enthousiasme. On voulait appartenir à un groupe qui nous ressemble. »

 

Quelles sont les valeurs véhiculées par les B.F.? Qu’est-ce qui unit en quelque sorte vos membres et les encourage à se « rallier » sous vos couleurs?

 Alix : « On a tous la même vision des choses. On est heureux de se retrouver tous les 15 jours au palais. Chez nous pas de place pour les intérêts personnels. On est là pour s’amuser et chanter pour nos couleurs. On est en tribune pour être actifs ! Supporter c’est se bouger. »

Il Miras : « Les valeurs à mon sens c’est l’amour du maillot (on est pas mal à être très anciens comme supporters (+ de 2O ans voire plus de fidélité) et la volonté de faire du palais un place qui bouge. On y arrive pas automatiquement tout le temps mais on fait ce qu’on peut C’est pas toujours simple parce que le public a changé à Dijon. Il participe moins qu’avant. Il me semble moins attaché à l’équipe. »

Christophe : « Je tiens à préciser que nous avons tous la même vision du supporter, c’est-à-dire, d’encourager notre équipe tout au long du match par des chants émanant du football, sans bien sur, la violence et la haine.On ne se prend pas la tête et au sérieux dans la tribune et on est content de se retrouver tous les 15 jours et de délirer sur le « dale cavese « . »

Il Miras : « Après, au niveau BF, il y a la volonté de ne pas se sacrifier au nombre. On n’est pas nombreux mais on essaie d’avoir des gars qui sont là pour chanter. La première année certains étaient présents, la place ne leur convenait pas (haute extrême), ils sont partis, c’est leur choix, mais nous on n’a pas besoin de ce type de mentalité. Voila à mon sens nos valeurs. »

 

On entend parfois des critiques s’élever contre la présence de 2 clubs de supporters à Dijon, certains parlent même de concurrence avec le Kop Sud. Tout d’abord, peut-on réellement parler de concurrence entre les 2 clubs?

Il Miras : « Non on n’est pas là pour jouer à qui a la plus grande. Ils ont une certaine vision du supporter et de la façon de supporter. C’est pas la mienne mais ils font ce qu’ils veulent.»

Alix : « Il y aurait concurrence si les deux groupes faisaient des choses équivalentes en tribune. Notre groupe ne se préoccupe pas du Kop Sud bien que beaucoup aient voulu nous donner le rôle du vilain petit canard. Mais rapidement nous avons su faire nos preuves, nous sommes arrivés à imposer notre groupe et notre style dans le paysage de la jda. »

Christophe : « Il n’y a pas de concurrence, ils font leur vie et nous la nôtre, chacun encourage à sa manière notre équipe. On a bien essayé de se rapprocher mais pour l’instant c’est impossible, trop de gens nous discréditent et rend le climat malsain. C’est pour cela qu’on ne fait pas de déplacement. »

 

Et que répondrais-tu à ces critiques?

Alix : « Il y aura toujours des gens pour critiquer. Limoges a bien 3 groupes, Boulazac et Gravelines 2. Les différences entre les BF et le KS sautent aux yeux et s’entendent. Nous n’avons rien en commun à part l’objectif de supporter notre équipe. »

Il Miras : « Libre à chacun d’avoir ses avis. Mais quand j’entends certains dire qu’il faut fusionner les groupes, ça me laisse dubitatif tellement ça n’a pas de sens. Le problème est qu’ils n’ont pas tous les tenants et les aboutissants de l’histoire entre les personnes des deux groupes. Mais bon, honnêtement, c’est pas jouable »

Christophe : « Les critiques, c’est pour les imbéciles et les mécontents, il existe bien des clubs tels que Limoges ou d’autres qui ont plusieurs kops où cela marchent bien alors pourquoi pas à la JDA. »

Quel regard portes-tu sur la saison de la JDA?

Christophe : « Mitigé et un goût d’inachevé pour l’instant, on verra à la fin de saison. C’est vrai qu’au vue de la masse salariale que nous disposions, il était pronostiqué que nous allions descendre, mais JLB et son staff a encore fait des miracles en nous maintenant sur le plan sportif. Maintenant, il serait bien d’accrocher les plays-offs pour redorer le blason de JDA auprès des instances du basket français et des politiques locales. Mais malheureusement, il manque encore un petit quelque chose . »

Alix : « Je suis très fière de notre équipe. Beaucoup doutaient d’elle en début de saison. Résultat, pour la 3ème année consécutive le staff et les joueurs remplissent les objectifs. Ce n’est pas toujours spectaculaire, mais les joueurs mouillent le maillot. Il faut aller chercher les PO, on attend ça depuis trop longtemps maintenant. La JDA en a besoin et le public aussi. »

Il Miras : « Super saison. J’avais vraiment peur mais les mecs se défoncent et JL Borg arrive à tirer le maximum d’eux. Des playoffs seraient sympas. Ca fait tellement longtemps. »

 

L’ambiance est parfois un peu morne ces dernières saisons au Palais des Sports. N’est-ce pas quelque peu démotivant pour votre groupe de supporters (ou même individuellement) de voir des gens rester assis, quel que soit le déroulement du match?

Il Miras : « Bien sur que si c’est frustrant. Mais comme je le disais, on a plus de spectateurs que de supporters (c’est un phénomène qui se développe d’ailleurs de plus en plus y compris au foot), le public a changé et semble moins attaché au club. Maintenant, le club en est le premier responsable. A lui de bosser sur la com’ pour rattraper ça. »

Alix : « D’accord avec il miras, le public a changé. Je pense que la JDA n’a effectivement pas pris soin de son public mais c’est aussi la mentalité de consommateur qui s’est développée ces dernières années, parallèlement à des années sportives peu fructueuses. On peut retrouver la ferveur dijonnaise, elle n’a pas disparu ! La JDA est un club historique, qui a fait rêver les dijonnais pendant des années. Mais pour ça la JDA doit redevenir un club sain et être sur le devant de la scène. Il faut aussi relativiser, par rapport à certains autres clubs de proA et même par rapport aux autres clubs dijonnais on n’est pas mal loti non plus ! »

Christophe : « Le public dijonnais est un peu trop spectateur à mon goût et ne joue pas assez son rôle de 6ème homme, la preuve, JLB ou J. Leloup haranguent souvent le public pour qu’il bouge plus, çà m’agace, on a l’impression qu’ils sont là que pour se montrer ou qu’ils sont trop fiers. Prenons l’exemple de notre meilleur ennemi, Chalon, à chaque début de match, le public quels qu’ils soient, costardscravates, sponsors et supporters sont debout et applaudissent. A Dijon, on ne voit pas çà et c’est vraiment dommage. Il est vrai que depuis quelques années, le spectacle n’est pas toujours au rendez-vous et que la conjoncture actuelle n’aide pas. »

 

Un message, une suggestion pour les supporters/spectateurs dijonnais justement?

Il Miras : « chez vous et rejoignez nous si vous voulez bouger et donner de la voix. »

Alix : « Pas mieux qu’il miras, lâchez-vous. Vos voisins suivront ! »

Christophe : « N’ayez pas peur des quand dira-t-on, applaudissez et encouragez à votre manière. »

 

Dans l’avenir, quels sont les objectifs, les projets et les perspectives pour les Burgond

Furies?

Alix : « Faire venir des gens motivés, prêts à se bouger. Mais l’objectif d’augmentation en nombre ne se fera pas au détriment de notre identité et de notre conception du supporter. Reste aussi à voir le devenir sportif du club. »

Christophe : « Nous aimerions bien augmenter notre nombre d’adhérents par des gens motivés et qui partagent notre conception de supporters, les BF 10 n’est pas un groupe fermé, la preuve , des membres du KS et du DFCO sont venus nous rejoindre depuis quelques matchs alors surtout n’hésitez à venir nous voir. »

Il Miras : « Attirer toujours plus de jeunes parce que c’est eux la relève. Réussir à faire venir Drumsette en maya l’abeille dans la tribune mais ça sera pas simple. »

 

Pour conclure .. ?

Christophe : « l’image de marque de la JDA se ternie de plus en plus et devient vieillissante depuis quelques années. Des mauvaises décisions ont été prises et une mauvaise gestion récurrente fait planer le doute de la relégation  chaque saison, çà devient vraiment lassant alors je pense qu’il faut du renouveau à la JDA avant de la déchéance du club soit irrémédiable. »

Alix : «  Je serai en Maya si on gagne les PO. » [Chose promise, chose due!]

About The Author

Related posts

1 commentaire

  1. Avatar
    Tony

    Je suis très fier de nos représentants ! Pour une fois on peut parler des BF et dire qu’on est pas de méchants lol.
    ON a tous le meme message :
    Allez les fans de basket bougez vous au Palais pour que l’ambiance soit énorme et que les joueurs aient envie de mettre le feu au parquet !

    Viva BF 10 !

Les commentaires sont clos.